Un nouveau site est en cours de développement. Pour vous faire patienter, je tacherai de publier régulièrement des textes inspirant...

Accéder à la vidéo youtube: Nous sommes frères d'éternité


Billet du 25 août 2020 - Temps de lecture approximatif : 3 minute


Expérimenter le monde ?

En quelque sorte, il est absurde de renier le monde lorsque nous traversons des épreuves. Le monde est une école. Une école est faite pour apprendre.
Si nous renions le monde et le corps, nous nous coupons d’un apprentissage fondamental : le monde nous apprend que nous ne sommes pas de ce monde. Car comment pourrions-nous être ce qui change constamment ?
Le monde pousse le curseur du contraste et nous offre l'opportunité du choix.
Une figure poétique serait de dire que nous sommes frères d'éternité, que notre demeure réelle est l'éternité : une demeure au-delà des formes et des projections. Une demeure dans la paix et le silence étourdissant de Dieu : rien de plus, mais rien de moins.
Chaque fois que nous doutons, que nous pleurons, que nous espérons du monde en cherchant la richesse, la beauté, la réussite ou le pouvoir, nous devrions considérer que tout cela ne durera pas. Ce ne sont que des symboles que nous chérissons, des idoles de petitesse que nous validons et que nous subissons.
Lorsque nous avons compris cela, nous avons compris la leçon du monde. C'est une grande leçon que le monde nous offre.

Il y a une étoile d'éternité qui nous guide constamment. Elle nous convie à notre véritable nature, à la grâce de l'instant où nous reconnaissons enfin qui nous sommes.

Nous devrions prendre l'habitude de dire au Ciel :

- Apprends-moi qui je suis...

Afin de nous ouvrir à qui nous sommes...

Alain

Billet du 24 août 2020 - Temps de lecture approximatif : 1 minute


La nature de la lumière

Lorsque j'éclaire un tas d'ordure, la lumière n'est pas salie ou ternie.
Lorsque j'éclaire un diamant, la lumière n'est ni enrichie ni sublimée.

La nature de la lumière est d'éclairer. Elle ne peut être ni corrompue, ni sublimée...
La nature de la lumière est clarté signifie qu'à la lumière de notre esprit nous connaissons les choses. La lumière est clarté signifie qu'elle ne fait pas de choix. Elle éclaire tout simplement. Le beau et le laid. L'agréable et le désagréable.

Billet du 23 août 2020 - Temps de lecture approximatif : 4 minutes


Le mental n’est pas constant. Les problèmes du mental peuvent être complètements différents d’un jour à l’autre. Si tous les problèmes d’un certain jour étaient écrits, il pourrait être évident que problèmes et solutions sont en conflit les uns les autres, et qu’ainsi aucune véritable paix d’esprit n’est possible. La solution des problèmes crée de nouveaux problèmes. Et donc, encore une fois, il n’y a aucune paix avec le mental.
C’est pourquoi on doit sortir du mental pour trouver la paix. La paix ne peut être trouvée avec le mental.
Se dégager du mental est aussi simple que de perdre l’intérêt en lui. Quand le mental bavarde, il bavarde parce que tu l’écoutes. Comme tu perds l’intérêt pour ce qu’il a à dire, parce que tu sais que ses réponses ne sont pas tes réponses, le bavardage du mental disparaîtra.
Le mental ne peut pas être ignoré entièrement. Le mental est comme un outil qui doit être utilisé pour expérimenter le monde de toute façon. Le mental est l’instrument de la perception. La perception ne peut être expérimentée qu’à travers le mental. Mais ce n’est pas la même chose que de dire que le mental contrôle la perception ou qu’on doit écouter le bavardage ou les problèmes et les solutions du mental.
Pense au mental comme à un filtre. Ce filtre permet à quelqu’un de voir des objets là où est la lumière. Ce filtre rend capable de voir des différences là où il n’y en a pas. Il permet à quelqu’un de communiquer en utilisant des symboles qui représentent quelque chose d’autre. Sans le mental, on ne serait pas capable d’expérimenter le monde. Mais cela ne veut pas dire qu’on doit être assujetti au mental.
Le mental, lorsque cru et pris au sérieux, semble définir la réalité. Mais comme je viens juste de le montrer, le mental ne définit pas la réalité. Il place un voile de perception sur la réalité pour que la réalité soit expérimentée d’une nouvelle manière. Ce qui veut dire que le mental est un mystificateur ou un illusionniste, et que ce qu’il crée est pure illusion. Croire le mental, c’est croire l’illusion. Penser que l’illusion est la réalité, c’est être complètement induit en erreur.

Billet du 22 août 2020 - Temps de lecture approximatif : 2 minutes


Il y a pléthore de gens connus et moins connus qui ont traversé l'histoire et qui sont allés jusqu'au bout du langage. Ils sont arrivés à cette limite ou ils ont soudainement compris que les mots ne pouvaient tout simplement pas désigner l'éternité.
Mais ils ont permis une compréhension nouvelle des choses et du monde. Et nous ne pouvons que les remercier car il faut une grande intégrité morale et intellectuelle pour aller jusqu'aux limites de ses croyances et de ses réflexions.
Que certains aient pris en horreur leurs contemporains, peut-être...
Mais ceux qui sont assoiffés d’éternité se retrouvent souvent sur des terres de solitudes ou ils sont rejetés.
L’exil est parfois un fardeau bien lourd à porter.
En tous les cas, un grand merci à tous ceux qui tentent d'esquisser en ce monde des fragments d'éternité...

Alain

Billet du 20 août 2020 - Temps de lecture approximatif : 3 minutes


Le jeu du monde,

Ne nous perdons pas de conjectures, d’impuissance et de théories. Nos vies sont trop précieuses pour attiser les feux de l’injustice et de la colère. Essayons maintenant de nous placer sous un angle nouveau. L’ego se chargera toujours de nuages pour fomenter des rébellions. Il n’y a rien de nouveau à cela. Il trouvera toujours prétextes à tendre la corde raide et glissante de la confusion et de la colère. Il trouvera toujours prétexte à légiférer pour la justice et la morale. Il n’aura de cesse de dresser la table de scénario catastrophes, improbables et fragiles comme le sable. L’ego ne sera jamais satisfait et frappera toujours en aveugle pour nous étourdir de la fumée noire et âcre de la culpabilité et de la peur, pour nous alourdir de sable et de poussière.

Finalement, rien de bien nouveau sous le soleil brûlant de l’ego…

Mais ce n’est pas cela que nous sommes. Nous sommes bien plus grands que cela. Nous ne sommes pas ce désert d’humanité tant convoité par l’ego. Nous sommes les eaux du ciel pour abreuver une terre devenue aride, asséchée de culpabilité et de rancœur.

Chacun de nous peut participer de pluie et de fraîcheur dans le jeu du monde, peut participer au présent de paix et de fraternité.

Une lumière qui n’est pas de ce monde, et dont le monde a besoin, brille en chacun de nous. Nous sommes frères d’éternité…

Alain